TANC – De la musique à l’art plastique…


 

Après avoir fait des tags et des graffitis sur les murs de Paris durant son adolescence, Tanc se concentre à présent sur une pratique sur toile dans laquelle il laisse toute la couleur le conquérir, avec force.

Quand il peint, on a l’impression qu’il danse. Par projection et jamais directement sur la toile, il envoie la couleur de façon aussi spontanée que possible :

« Il émane une grande liberté de mouvement et de geste du fait de ne pas toucher la toile, qui est importante pour moi. C’est presque une performance. Ma peinture est très liée à l’humeur. Le mouvement de mon coeur est comme un métronome qui actionne mon bras. Si je suis énervé ou excité, je vais remplir d’avantage ma toile. A chaque fois, cet état se renouvelle et chaque toile en appelle une autre. Au final, j’arrête quand je décèle un équilibre dans la composition, sinon je continue jusqu’à ce que mon œil circule dans la toile d’une manière qui me semble cohérente »

Tanc se nourrit de l’ensemble de sa vie, de ses voyages, d’images observées… mais aussi des nuits, des musiques et des lumières. Cette matière évanescente l’habite sans qu’il n’essaie de la contrôler. Puis quand il est devant sa toile, il se lance :

« Mon choix des couleurs est totalement spontané. Parfois, je prévois des tons, mais en général une couleur en appelle une autre. Petit à petit je compose, avec une prédilection pour les chromes et les cuivres qui jouent beaucoup avec les lumières. J’aime les couleurs qui changent selon les éclairages. »

Les formats sont imposants, s’étirant jusqu’à deux mètres cinquante. On pense alors à l’action painting ou même à l’abstraction d’un Pierre Soulages.

Ses couleurs remplissent la toile.

Horizontalement, verticalement ou en diagonale.

Le trait s’étire.

Il se hisse d’un bout à l’autre des limites du tableau.

Parfois il se confronte autour d’une ligne centrale.

Le trait peut aussi s’avérer nerveux, un peu saccadé, rappelant des réminiscences du tag de rue.

La peinture de Tanc délivre, à qui sait la lire, une grande part de son autobiographie, tout en laissant une ouverture d’interprétation. Dans cette logique, il ne met pas de titre pour que chacun puisse y apposer le sien :

« Ma peinture est une manière de décliner ma vie et, j’espère, celles des autres… »

Prochaine expo de TANC :

du 25 mars au 21 avril 2012 à la lebenson Gallery : 56 rue Chapon 75003 Paris !

Info : 06 64 03 48 50

Artistiquement, Baptiste Ozenne pour UrbanGirl !